dj13_manolete

PHOTO de canito dans cheesebase.com l'on appercoit la voltereta de MANOLETE et la douleur qui se lit sur son visage, l'orsqu'on le transporte.

Ce 27 août dans la nuit, alors que tout le monde dort, c'est Manolo qui a pris le volant, il confit à un ami journaliste qu'il compte bien épouser Lupe, malgré le désaccord de sa mère. Manolete entretient depuis deux ans, une relation avec Lupe SINO, cette actrice divorcée d'un ancien républicain. Pour le régime franquiste, LUPE SINO, de son vrai nom ANTONIA BRONCHALO DE LOPESINO, est la partie malseine de MANOLETE. Déja mariée, sulfureuse, l'ESPAGNE rigoriste de FRANCO ne l'accepte pas, ni la possessive mère de MANOLETE, qui l'appelle "LA PUTA DE MADRID". Mais Manolo est bien décidé à l'épouser. Ce 27 août, sa voiture se gare près de l'hôtel où toute la cuadrilla et le maestro vont dormir. Nous sommes à LINARES,  cette ville minière de Haute Andalousie, bien connue par MANOLETE qui a déjà triomphé ici. L'an passé, MANOLETE a même renversé une petite fille sur le bord de la route avec sa voiture (la petite s'en est bien tirée). Cette année c'est PEDRO BALANA qui vient d'hériter de la direction des arènes, il veut frapper fort et compte bien faire parler de la corrida avec MANOLETE. ISLERO et LUIS MIGUEL DOMINGUIN n'étaient absolument pas prévus à cette corrida. Programmer MANOLETE face aux MIURAS et aux côtés de DOMINGUIN qui se considère comme son grand rival ,cela va créer l'événement. En effet !

Le 28 au matin, MANOLETE croise DOMINGUIN et lui dit " Ceux qui me sifflent aujourd'hui, ils te siffleront demain!". A quoi pense MANOLETE? A tout, à GRANERO , qu'il a vu se faire tuer en 1922 à MADRID d'un coup de corne dans l'oeil, à son père qui toréait lui aussi sous le nom de MANOLETE, et qui est mort d'une maladie pulmonaire,à PEPETE,son oncle, qui est mort tué par un MIURA au siècle dernier, à ce succès qu' il a eu depuis ses débuts, à ce public qui se détourne de lui, à Cordoue sa ville natale qui le boude, au MEXIQUE où il est si bien et où il épousera LUPE, aux pentes de rire qu'il prend avec ARRUZZA, à cette bande de détracteurs haineux qui l'ont insulté lui et ses soeurs, à SAN SEBASTIAN où il a toréé des toros grands et gros à la demande de CAMARA son apoderado, qui voulait couper court aux rumeurs, à ce critique "Clarito" qui a écrit que MANUEL avait perdu sa majesté en piste, sans doute due à sa tuberculose, ou à la drogue (il pense aux wiskys dont il a besoin pour tenir), à octrobre si loin mais enfin il va pouvoir s'arrêter et surtout à ce rêve, "esto puna de sueno" où il voit un toro le tuer!

Le matin, un employé des arènes s'est fait tuer par un toro de la corrida du lendemain, certains toros sont refusés dans le lot proposé par MIURA, alors on en prend d'autres proposés par le ganadero. ISLERO devait être toréé dans une autre plaza. MANOLETE se repose, à 14h il s'habille , le photographe CANITO, apprenti toreo et ami de MANOLETE, est venu à LINARES, payé par DOMINGUIN, pour les photos, il s'approche de la chambre d'hôtel de MANOLO, et l'entend crier " J'en ai marre!". Il tape à la porte qui est entrouverte, MANUEL, l'apperçoit et le prie d'entrer : " Pasa pasa,CANITO!". L'échange est courtois comme à son habitude , Manolete encore en tenue de bain s'apprête à déguster son oeuf au plat. CANITO s'en va et c'est au tour du valet d'épée de DOMINGUIN de venir. L'homme très embêté a oublié la barette qui sert à tenir la coleta de son maestro, Manolete lui en donne une en murmurant à ses proches : " Comme ca, il aura quelque chose d'un torero". Entre DOMINGUIN et MANOLETE, les rapports sont tendus, DOMINIGUIN aime la polémique, c'est ainsi qu'il se veut à la hauteur de MANOLETE. L'année d'avant, il a prétendu devant la presse que MANOLETE et son apoderado le boycotaient!Il veut se faire un nom aussi populaire que MANUEL et n'hésite pas à s'imposer à ses cotés par tous les moyens! Il n'a pas hésité à payer l'empressa de MADRID, pour être programmé au poste de 4 ème torero, à la corrida de la bénéficienca où était prévu MANOLO. Enfin MANOLETE est prêt pour aller à la plaza, son costume rose saumon et or est ajusté. MANOLETE a pris soin de faire une prière et de bien gominer ses cheveux à la brillantine: il a l'air d'un héros de CERVANTES. Le MATADOR à la triste figure part pour la plaza.

17H00, aux arènes de LINARES, les trois matadors de la course sont prêts à faire le paseo, le chef de lidia, GITANILLO DE TRIANA, témoin d'alternative de MANOLETE, est vêtu d'un costume rouge foncé et or, et enfin DOMINGUIN qui lui est en vert et or. Le paseo démarre, les trois maestros s'avancent jusqu' à la présidence, des sifflets en direction de MANOLETE fusent, un groupe de perturbateurs cordouans sont venus exprès, distribuant des sifflets à l'entrée des arènes. Le premier toro de la course ne donne rien de bon et GITANILLO DE TRIANA l'expédie vite fait bien fait. MANOLETE ne peut rien faire de son premier, il le tue d'un bajonazo que l'on ne manque pas de lui reprocher. DOMINGUIN, volontaire, fait de l'animation avec son premier toro. Vient ensuite le toro de GITANILLO qui bouscule le banderillero EL BONI, au tercio des banderilles et même GITANILLO glisse devant le toro à la faena des muletas, il se relève et peste : "Mais qu'est-ce qu'elle a cette piste de Linares?!"

C'est au tour d'ISLERO, un petit MIURA aux cornes en avant qui  n'a pas l'air d'aimer le centre de la piste et qui a une charge très incertaine. MANOLETE confiant à la cape peut percevoir que le toro serre de très près. Le tercio des piques est abrégé par le président.MANOLETE qui d'ordinaire demande lui même à l'abréger, ne comprend pas! La décision du président lui déplait,ISLERO a peut être une moitié de charge, mais c'est du vice pas de la faiblesse, il pourrait se réveiller. Les sifflets perturbateurs n'ont toujours pas cessé, qu'à cela ne tienne, ils veulent du spectacle, MANUEL va leur en donner pour leur argent! La faena de MANOLO est magistrale, il rallonge la charge d'ISLERO en se laissant froler dangereusement, le public est médusé et tendu. MANOLETE prend des risques, les naturelles sont dangeureuses. Il conclu par des MANOLETINAS suicidaires où le toro vient, à chaque fois, lui renifler les chevilles. Enfin, tourné vers ce public railleur qui ne dit plus rien,il prend dans sa main la corne qui lui sera fatale. Il faut tuer ISLERO, une bonne estocade et MANUEL repart avec la queue! MANUEL s'éloigne, ajuste son épée, se profile, recule d'un pas et se jette sur ISLERO, auquel il enfonce une estocade centimètre par centimètre, jusqu'à la garde. Mais, au moment où ISLERO a sentit l'épée rentrer dans son corps, il s'est raidi et a pris MANOLETE à l'aine, le public voit l'épée rentrer dans ISLERO et en même temps la corne du toro rentrer dans l'aine de MANOLETE, le toro se soulève, projette MANOLETE qui pivote sur la corne, et retombe au sol, sous les pattes d'ISLERO! Ensuite tout va très vite, les péones, DOMINGUIN, GITANILLO, écartent le toro de MANOLETE qui est au sol et qui se protége le visage. Le toro écarté, va mourrir plus loin, on retourne MANOLETE ,qui essaye de se relever en grimaçant, et s'écroule dans les bras des péones et de DOMINGUIN. Toute la plaza voie le jet de sang saccadé, s'écouler de la cuisse de MANUEL. Dans la panique les porteurs se trompent de direction et lui font faire le tour de la Plaza , pour l'amener à l'infirmerie. Ils vont si vite que MANOLETE, agressé par la douleur leur dit "MOINS VITE PAR PITIE!". On le met sur la table de l'infirmerie, où il n' y a qu'un seau. MANOLETE demande s'il a eu l'oreille, ALVARO DOMECQ présent vient lui porter les deux oreilles et la queue que lui a accordé la présidence. On transfère MANOLETE sur une civière à pied des arènes à l'hôpital, la procession dure une demi heure dans LINARES en fête. Pendant ce temps, DOMINGUIN triomphe de son dernier toro avec une arrogance qu'on lui connait. On fait des transfusions à MANOLETE, mais la tension chute inexorablement! La corne s'est logée dans le triangle de scarpa et a arraché l'artère fémorale et la veine saphène. LUPE a été prévenu, elle arrive de Madrid, la mère de MANOLETE, est véhiculée de Cordoue, elle a appris la blessure assez tard, elle comprend que c'est grave quand elle voit la voiture bifurquer vers LINARES. On a bandé les extrémités de MANOLETE, il est ligoté comme une momie, dans la nuit vers 4h du matin il se pleint de ne plus sentir sa jambe, et de ne plus y voir alors qu'il a les yeux grands ouverts! A cinq heure du matin, d'un simple soupir, il s'endort pour toujours, le monde de la tauromachie vient de perdre une de ses plus belles icones. On empêche LUPE de rentrer dans la chambre, il sera enterré le lendemain à CORDOUE, une immense procession suivra le cortège. MANOLETE sera déclaré quatrième CALIFE DE CORDOUE.

EPILOGUE

LUPE épousera un acteur appelé MANUEL RODRIGUEZ, comme MANOLETE! Elle meurt, vieille à Madrid, d'une attaque, un jour de corrida.

CARLOZ ARRUZA refusera désormais de toréer avec LUIS MIGUEL DOMINGUIN, lui reprochant d'être l'assassin indirect de celui qu'il appelait "mon frère MANOLETE"!

Dans les jours qui suivent la mort de MANOLETE, la cuadrilla de DOMINGUIN, aura un accident de voiture, il se fera blesser peu après, un banderillero portuguais mourra de la même façon que lui et en prononçant les mêmes mots que lui:" je n'y vois plus, je ne sens plus ma jambes et je meurs comme lui!"

LA FUERZA DE SINO