PADILLA ET LES DEUX OREILLES PROVIDENTIELLES

La corrida du samedi aprés-midi aux arènes d'ARLES, a faillit être le théâtre d'un gachis phénoménal, semblable à la corrida de SAMUEL FLORES à NIMES pour pentecôte ! Mais cette fois JUAN JOSE PADILLA, qui était en pleine forme, et qui ne souffrait pas du poignet, a coupé à son deuxième adversaire, les deux oreilles qui ont réveillé un public sur le point de s'endormir. Les deux autres matadors, JULIEN LESCARRET et FERNANDO CRUZ, n'ont pas été en mesure de convaincre, le premier un peu par sa faute, et l'autre par un style froid qui  a du mal à atteindre un public en attente de spectacle et pas toujours connaisseur.  Les toros de SANTOS ALCALDE, furent sérieux de présentation, bien que deux d'entre eux souffraient d'une boiterie certaine, le premier notamment qui fut remplacé par un TARDIEU intéressant. Quand au quatrième toro de la course, il appartenait à la ganaderia ANDRES RAMOS et venait en remplacement d'un SANTOS ALCADE qui avait été refusé au moment du sorteo.

JUAN JOSE PADILLA :  BLEU ROY ET OR avec motifs baroques.( VUELTA-2 OREILLES.)

JULIEN LESCARRET :  VERT AMANDE ET OR. ( SILENCE-SALUT AU TIERS.)

FERNANDO CRUZ :  CREME ANGLAISE ET OR SOUTACHEE NOIR.(SILENCE-SILENCE ET 1 AVIS.)

padilla01

photo de PADILLA provenant du site : www.feriafenouillet.com

JUAN JOSE PADILLA qui était le chef de lidia, est le triomphateur incontesté de l'aprés-midi. Son premier adversaire de SANTOS ALCADE étant abimé, c'est un sobrero de TARDIEU qui le remplace. L'animal, un castagno oscuro, aux cornes tutoyant le ciel, est encasté, mais donne de bons signes! Aprés un tercio de piques bien mené par MORENITO D'ARLES qui faisant office de second banderillero, s'est découvert quelques talents de péon de brega, PADILLA signe un tercio de banderilles, avec l'alegria qu'on lui connait. Quand à la faena, elle est significative d'un premier toro pour PADILLA : baroque et trémendista au possible! JUAN JOSE  torée le public, qui ne demande qu'à être templé! C'est néanmoins dommage car l'ensemble manque de profondeur. Pourtant nous verrons que, si PADILLA veut, PADILLA peut! Cela dit, quelques bonnes droitières sont à noter dans cette première faena! Son second toro, un exemplaire d'ANDRES RAMOS, qui est venu en remplacement d'un SANTOS ALCALDE, refusé au sorteo, est nettement en dessus de ses frères toréés la veille. De ce fait PADILLA, nous livre un jeu intéressant. Aprés un tercio de piques efficace  et une série de pallos explosifs, le maestro donne une faena d'une profondeur surprenante! La main est basse, elle va admirablement bien chercher la tète du toro et nous pouvons même dire que la suavité andalouse, pourtant rare chez le nino de JEREZ, nous est apparue comme si elle avait toujours été naturelle chez lui! Bien entendu, tout ceci ne fut qu'une passade, car en fin de parcours, la démarche cassée et tremendista est venue déchainer un public qui n'attendait que cela! Pour finir ce travail plus que satisfaisant, une estocade engagée et efficace, aprés un pinchazo, permettra à JUAN JOSE de couper deux oreilles méritées! Il est à observer que PADILLA avait estoqué son premier bicho d'une seule entière!

Que dire de JULIEN LESCARRET, l'art est difficile pour le modeste plumitif que je suis, car aprés l'avoir vu faire d'excellentes choses à la corrida de YONNET programmée à la FERIA DE PENTECOTE à NIMES, il m'est pénible d'avoir à dire des choses désagréables sur notre diestro xégagonal ! Et oui, LESCARRET est passé à coté de cette course et c'est en partie de sa faute! Son premier toro est un bon adversaire.  Un SANTOS ALCALDE negro , à l'armure quelque peu impressionante, qui ne présente pas de signes particuliers de vice. Seulement LESCARRET va commettre une erreur magistrale! Le public touristique des arênes d'ARLES, dont la légèreté occasionnelle exaspère l'aficionado que je suis, siffle  comme à l'accoutumé, une fois la première pique engagée! Lescarret qui tente d'infliger une deuxième pique aprés ce que je nommerai un picotazo,est l'objet d'une bronca si déplacée qu'elle en est désespérante d'imcompétence et de bétise! Le petit JULIEN cède à la pression, ainsi que le président qui,  étant, il faut bien le dire, d'une nullité encore plus dantesque que celle du public,  demandera le changement de tercio! Résultat de la sottise d'un président zelé et d'un public mal informé, la vigeur du toro, qui aprés le tercio des banderilles va s'avérer ragaillardi! LESCARRET qui d'amblée ne semblait pas être trés rassuré par ce toro, pourtant assez noble, va se sentir faiblir face à la charge encore vive de l'animal! La faena qui va suivre, sera humiliante pour le jeune landais et trés vite le matador va se voir débordé! Pour couronner le tout, plusieurs pinchazos, à l'estocade, puis le descabello que l'on pose pour réestoquer, sous la pression du public une fois de plus

Silence pour le jeune LESCARRET! Son deuxième julien_lescarret_orejaadversaire est boiteux, et la présidence qui n'avait pas fini de montrer son inaptitude à présider quoi que ce soit, ne veut pas le changer, LESCARRET, ne pourra une fois de plus, rien faire!

Photo de LESCARRET provenant du site : www.portaltaurino.com

Enfin FERNANDO CRUZ. Celui là est l'incompris de la journée! Son premier adversaire, certes encasté, permettait de s'exprimer, mais le public dont j'ai vanté les mérites plus haut, attendait du PADILLA, sans PADILLA. Cela va peut être vous étonner, mais CRUZ, leur a servit du CRUZ! Il faut bien dire que ce jeune homme au parcours difficile n'a pas démérité. Mais le style madrilène, peut paraitre bien austère parfois, pourtant ce n'était pas dénué de profondeur! CRUZ a préféré toréer le  toro, plutôt que le public! On ne vous pardonne pas le bien que  vous faites! A son premier adversaire, FERNANDO a servit un toréo de cape engagé, ainsi qu'une faena avec beaucoup de poignet et bien croisée, face à un animal impressionant de part l'armure. Il toréa son deuxième avec le même engagement, mais dans l'indifference générale. De plus il fut malchanceux à la mort! Il faudra continuer à suivre CRUZ , qui pourrait progresser et dont le style madrilène peut se dévellopper et séduire, s'il persévère.

LA PRESIDENCE ETAIT ASSUREE PAR MONSIEUR GARCIN ASSISTE DE MESSIEURS RAOUL ET JUAN. IL NE ME SERA PAS DIFFICILE D'EXPRIMER A CETTE PRESIDENCE TOUTE MA REPROBATION ET MON DEPIS FACE A UNE TELLE IMCAPACITE A DICERNER ! QUAND AU PUBLIC,IL AVAIT PAYE, C'EST SON DROIT DE NE RIEN Y CONNAITRE!